Les revendications d’APF France handicap : pour une France accessible

Dans la droite ligne de la Convention internationale des droits des personnes handicapées, ratifiée par la France en 2010, et notamment son article 9 sur l’accessibilité, APF France handicap revendique l’effectivité du droit à la mobilité sans entrave c’est-à-dire :

 Un environnement sans obstacles via la mise en oeuvre systématique des principes de conception et d’accessibilité universelles pour tous les produits, services, espaces de vie (espaces publics ; cheminements ; bâtiments publics et privés, d’habitation, d’enseignement, de travail, de loisirs, de santé, de culte ; commerces ; réunions et débats publics ; dispositifs de vote), transports et outils d’information et de communication, avec une facilité et une qualité d’usage pour toutes et tous.
 L’évolution du concept de l’accessibilité vers l’ACCEV® (Accessibilité et Convenance des Espaces de Vie), la Haute Qualité d’Usage® (HQU) permettant d’atteindre la satisfaction de tout usager.

 

À la veille de la Conférence Nationale du Handicap et des 15 ans de la loi ʺhandicapʺ de 2005, APF France handicap demande au président de la République et au gouvernement de :

 Mettre en place une campagne de communication grand public expliquant que l’accessibilité est un enjeu sociétal qui concerne l’ensemble de la population. L’objectif : briser le double amalgame accessibilité = handicap = personne en fauteuil roulant lesquelles ne représentant que 1 % de la population française.

 Rappeler l’existence d’outils tels les prêts à 0,1 % octroyés par la Caisse des Dépôts et Consignations et BPI France aux collectivités territoriales et aux acteurs privés.

 Réactiver une instance nationale réunissant les pouvoirs publics, les principales branches professionnelles, et les associations, afin de créer et/ou de maintenir des dynamiques collectives, à l’instar de ce que fut par exemple l’OBIACU (Observatoire Interministériel à l’Accessibilité & la Conception Universelle).

 Engager des sanctions administratives envers les acteurs manifestement récalcitrants, comme le fait actuellement la Préfecture de Vendée.

 Octroyer des moyens dignes des missions dévolues à la Délégation ministérielle à l’accessibilité et à la Coordination interministérielle à l’accessibilité universelle.

 Mettre à disposition de données statistiques permettant d’objectiver l’état de la situation, et de constituer par là-même un outil d’aide à la décision publique.
En ce sens, lors de sa visite en France en octobre 2017, la Rapporteure spéciale de l’ONU, Madame Catalina Devandas-Aguilar, avait particulièrement souligné l’absence de données statistiques sur le handicap en général et l’accessibilité en particulier.

Concernant les établissements recevant du public :

 Faire respecter les obligations d’accessibilité et appliquer dès maintenant les sanctions pour tous les établissements recevant du public.
Dossier de presse : "Accessibilité en France : toutes et tous concerné·e·s !" 14

Concernant les transports :

 Rendre effectif le droit aux transports sur tout le territoire : mettre en accessibilité l’ensemble des moyens de transports publics et soutenir le développement d’une offre complémentaire de transports adaptés, sur tout le territoire, avec une amplitude horaire et un tarif équivalents aux transports publics.

Concernant le logement :

 Revenir à 100 % de logements accessibles.

 Respecter l’obligation d’ascenseur à R+3 sans dérogation.

À quelques semaines des élections municipales, APF France handicap interpelle les candidats avec un document dédié "MUNICIPALES 2020 - Liberté, égalité, fraternité #CestLaBase".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel